Prix et fabrication des jumelles

Prix et fabrication des jumelles

Le verre et le savoir-faire.

Le prix d’une paire de jumelles est fonction de la qualité des matériaux employés. Verre, châssis (en acier ou magnésium), caoutchouc enveloppant vos jumelles et servant à la fois à une meilleure ergonomie et à les protéger, lubrifiants assurant la fluidité des divers mécanismes et permettant une utilisation optimale même dans des conditions extrêmes.

Et aussi du savoir-faire du fabricant pour assembler et concevoir des systèmes optiques qui soient à la fois fonctionnels et ergonomiques. L’étanchéité de vos jumelles dépend aussi d’un processus de fabrication que certains fabricants maîtrisent mieux que d’autres, notamment l’emploi d’azote sec.

Nous allons maintenant nous intéresser de plus près au verre.

Verre optique

On ne fabrique pas les verres qui constituent les lentilles de vos jumelles comme l’on fabrique le verre des vitres de vos fenêtres ou de votre vaisselle. Cette précision étant faite, voyons cela en détail.

La conception et la fabrication de systèmes optiques comme les jumelles demandent un savoir-faire et l’emploi de verre optique de la meilleure qualité qui soit.

Cette qualité associée à une grande pureté a un coût élevé. Que ce soit clair.

La grande majorité des fabricants d’optique (jumelles, longue-vue, lunettes de tir ou bien objectifs d’appareil photo et microscopes) achètent le verre de leurs appareils auprès de producteurs de verre spécialisés.

Les prix varient énormément en fonction de la qualité des verres recherchés.

Cela peut aller de quelques euros à plusieurs centaines d’euros. Et plus il y a de lentilles dans votre optique, plus la qualité est améliorée, mais plus le prix augmente aussi.

Ajoutez à cela le savoir-faire spécifique, notamment des grandes marques, pour assembler les différentes parties qui constituent vos jumelles ou vos lunettes de tir et vous comprenez pourquoi certains appareils ont des prix de vente parfois si élevés (supérieur à 1000 ou 2000,00 € !!!)

Tous les systèmes optiques souffrent d’insuffisances qui sont des sources d’altération de l’image.

Ces insuffisances sont aussi appelées aberrations. Elles sont liées à la fois à la conception (géométrique) du système optique (sphéricité, coma, astigmatisme, courbure de champs, distorsion).

Et aussi à la nature de la lumière et à son interaction avec la matière, ici le verre (la diffraction et le chromatisme).

Le chromatisme ou aberration chromatique est un problème difficile à résoudre qui affecte principalement les couleurs, cependant les fabricants de verre y arrivent à l’aide de solutions onéreuses (malheureusement pour nos bourses) comme le verre ED et la fluorine.

Verre ED

Le verre ED dit à faible dispersion vient de l’anglais Extreme low Dispersion. Il peut être aussi dénommé UD ou LD et même HD (par certains fabricants). C’est un verre optique qui se compose d’un nombre élevé de constituants dont la pureté est exceptionnelle. Son processus de fabrication est d’une grande complexité.

Ces verres permettent de ne pas « disperser » la lumière lorsque celle-ci traverse les différentes lentilles de nos jumelles. Ils évitent d’avoir des images floues et peu nettes. La définition et la qualité de l’image sont grandement améliorées grâce à ce type de verre (critères importants pour la digiscopie). En termes plus techniques on dit que leur constringence est élevée.

La fluorine ou fluorite

Le cristal de fluorine de calcium existe à l’état naturel. Produit de façon synthétique, il permet la réalisation de lentilles de grande taille utilisées dans les jumelles et lunettes de tir.

Le procédé de fabrication est très coûteux car très long (plusieurs jours).

La fluorine synthétique offre un degré de pureté tel qu’il est utilisé par les plus grands fabricants d’instruments optiques (jumelles, longue-vue, lunettes de tir ou bien objectifs d’appareil photo).

Ces verres sont des verres ED à haute constringence et sont utilisés uniquement pour la conception de jumelles et optiques dites haut de gamme.

Voici quelques producteurs de verre optique et de fluorine:

  • SCHOTT GLAS (Allemagne)

Verre FK51A et PK52A utilisé par Zeiss, Leica et Swarovski.

  • OHARA Inc. (Japon)
  • HIKARI GLASS CO. (Japon)

Division verre de Nikon

  • SUMITA OPTICAL GLASS (Japon)
  • CANON OPTRON Inc. (Japon)

Filiale de Canon.

Dans les années à venir, la plupart des instruments optiques intègreront des verres ED, dont les coûts ont tendance à diminuer. Hormis certaines conception très bas de gamme bien sûr, car ces verres coûtent 10 à 20 fois plus cher à fabriquer que les verres “classiques”.

Achromatique et apochromatique

Les instruments dit achromatiques (sans chromatisme) sont obtenus par l’association de 2 lentilles. Cela permet de réduire l’aberration chromatique pour 2 couleurs, le bleu-violet et le vert-jaune. De nombreux fabricants parlent alors de verres HD pour High Definition en anglais, idem en français (Haute Définition).

Les instruments dit apochromatiques (“apo” en abrégé) sont, eux, obtenus par l’association de 3 lentilles. Ils permettent une correction presque parfaite des 3 couleurs primaires, rouge, vert et bleu.

Attention (petit disclaimer)

Les différentes appellations que nous venons de voir ne sont pas contrôlées. Ce n’est pas parce qu’une paire de jumelles est nommée ED ou HD qu’elle sera de meilleure qualité qu’une autre optique ne comportant pas l’un de ces sigles. Et chacun y va de son superlatif comme “super HD” “Ultra HD” ou encore “HD Plus”.

A l’inverse certains fabricants et grandes marques (comme Swarovski par exemple) ne nomment pas leurs instruments optiques de la sorte et pourtant leurs optiques bénéficient des meilleurs traitements et corrections d’image qui soient.

En conclusion

Nous vous recommandons donc, lorsque cela est possible, d’essayer la paire de jumelles avant son achat. De vérifier le type de verre employé par le fabricant (tous les fabricants ne donnent pas accès à ces informations malheureusement). Et rappelez-vous d’une chose: la qualité a un prix. D’une manière générale, les jumelles affichant des tarifs élevés (plusieurs centaines voire milliers d’euros) seront de bien meilleure qualité (optiquement parlant). Ces dispositifs sont  vendus par les “grandes marques”(Swarovski, Zeiss, GPO…) et vous pouvez les acheter “les yeux fermés”, enfin presque…

Il faut voir aussi cet achat comme un investissement. Une bonne paire de jumelles bien entretenue vous servira durant de longues années.

A vous de voir la qualité nécessaire en fonction de vos besoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *